Accueil Bien-être et lifestyle Comment savoir si on fait une dépression ?

Comment savoir si on fait une dépression ?

Date

Les maladies mentales et psychologiques sont aujourd’hui de plus en plus fréquentes et ne doivent pas être minimisées. En effet, des maux comme la dépression ou le burn out n’ont pas de symptômes physiques, ils ne se remarquent pas forcément de prime abord et pourtant ils sont parfois plus dévastateurs. De véritables fléaux qu’il ne faut pas écarter, repérez les premiers symptômes avant qu’il ne soit trop tard.

Une dépression : c’est quoi ?

La dépression est une maladie nerveuse qui va venir priver les individus de leur énergie et de leur vitalité, observant une chute des données neuropsychiques et/ou d’un ralentissement psychomoteur. Généralement cette maladie va venir priver les individus de leurs capacités et généralement de leur activité professionnelle, de leurs facultés sociales et donner parfois aux patients des envies suicidaires, des pensées mélancoliques ou encore d’une perte d’appétit.

La dépression va alors venir affecter l’humeur des malades en leur apportant une vision pessimiste de leur entourage et se dénigrant eux-mêmes très fortement. On distingue la dépression nerveuse d’un coup de blues ou d’une petite déprime quand les symptômes perdurent plus de deux semaines consécutives, l’individu perdant peu à peu goût à la vie, broyant du noir et étant extrêmement susceptible sur de nombreux points du quotidien.

Comment repérer les premiers signes d’une dépression ?

Classiquement on distingue 10 symptômes qui peuvent caractériser une dépression, bien entendu, il ne s’agit pas d’une grippe et les effets peuvent varier d’un individu à un autre selon la sensibilité, les prédispositions et les mentalités de chacun. Voici donc les 10 symptômes classiques de la dépression :

  • Une tristesse intense et inexplicable, c’est bien souvent le facteur le plus alarmant dans une dépression, vous êtes toujours emplit d’une sorte de mélancolie. Même si rien de dramatique n’intervient dans votre quotidien, vous avez l’impression que vous pourriez fondre en larmes d’un moment à l’autre.
  • Un manque d’intérêt pour ce que vous appréciez jusqu’à présent, tout comme le burn out : la dépression va vous faire perdre tout intérêt pour vos distractions habituelles, tout d’un coup vous n’avez plus du tout envie de sortir de la maison et même de votre lit.
  • Une baisse d’appétit sexuel, un trouble lié à la dépression qui est assez courant, tout d’un coup vous n’avez plus envie de faire quoi que ce soit, y compris de succomber aux plaisirs de la chair avec votre compagnon/compagne.
  • Une fatigue inépuisable, vous avez beau faire des grasses matinées les weekends et dormir comme un bébé, vous lever devient très compliqué et vos paupières sont lourdes à partir de 20 heure, un symptôme qui, combiné aux autres est encore bien souvent lié à la dépression.
  • Des insomnies et/ou des sommeils troublés, ceci explique votre fatigue mais vous avez beau vous sentir épuisé, vos nuits sont agitées, vous pouvez passer des heures à tourner dans un sens et dans l’autre et vous faîtes pas mal de cauchemars ou de rêves assez étranges.
  • Vous vous sentez mal physiquement avec des petites migraines, des douleurs dans les articulations ou encore un ventre ballonné et des problèmes de digestion, c’est malheureusement également lié à la dépression qui vient également altérer le fonctionnement interne de votre corps.
  • Un manque d’appétit, on dit souvent que la glace et le chocolat vous aident lorsqu’on ne se sent pas bien notamment dans une rupture amoureuse mais une dépression vous noue quand à elle tellement le ventre que vous n’avez goût à rien et plus vraiment faim.
  • Vous avez en outre du mal à vous concentrer que ce soit au travail, lors de vos moments de détente ou même sur un programme télévisé, rien ne vous captive vraiment même si vous faîtes de gros effort pour y arriver.
  • Tout votre quotidien semble ne pas être au même rythme que les autres, vous avez du mal à interragir avec les autres parce que vous avez l’impression de ne pas être à la hauteur, que les choses avancent et que vous n’arrivez pas à suivre le tempo.
  • Enfin le dernier symptôme qui est plus généralement repéré par l’entourage est une perte de confiance en soi si intense que l’on passe son temps à se dénigrer mais surtout on a le sentiment que notre entourage ne nous fait que des critiques, l’agressivité du malade est exacerbée, il est à fleur de peau et hypersensible.

Qu’est-ce qui peut pousser à la dépression ?

Tout comme une maladie chronique ou un virus, on ne contrôle pas l’arrivée d’une dépression, elle est souvent brutale et arrive sans prévenir.

Pourtant quelques facteurs peuvent maximiser les risques, en voici quelques uns :

  • Les facteurs biologiques comme des difficultés à trouver le sommeil, une sensibilité déjà très présente et un rien peut vous pousser à la dépression.
  • Par ailleurs, si vous avez eut une enfance difficile avec des relations conflictuelles avec vos parents ou si un événement dramatique intervient dans votre vie comme un licenciement ou la perte d’un proche, vous pourriez être plus sensible à la dépression.
  • En outre, si un de vos parents a déjà traversé une dépression, certaines études ont prouvé que vous pourriez être plus enclin à tomber dans une dépression en présence d’un environnement lourd ou face à des situations difficiles.
  • Les campagnes de prévention nous le répètent bien souvent et à juste titre, l’abus d’alcool et de stupéfiants peut conduire à la dépression. De même une addiction aux jeux conduira à l’isolement et potentiellement à une dépression.

De manière générale, il arrive souvent que les dépressions soient liées à des événements traumatisants comme un décès, un licenciement, une rupture amoureuse ou un divorce. Par ailleurs, bien que les maladies soient différentes, une trop grosse pression dans son milieu professionnel peut conduire un individu au burn out.

Quelle est la durée d’une dépression ?

Une dépression pour être caractérisée doit intervenir pendant plus de 2 semaines, en effet les différents symptômes se ressentent pendant un certain temps avant de comprendre quelle situation s’est emparée de vous. Une dépression n’a pas de durée prédéfinie, elle va dépendre de la gravité du mal et de l’état psychologique du patient, dans la plupart des cas le traitement s’étale sur une durée de six mais il peut être bien plus long selon les cas. L’idéal étant de prendre en charge la dépression le plus rapidement possible sans penser que la situation va se résorber d’elle-même en faisant preuve d’une grande détermination.

Pour autant, il faut être conscient qu’une fois la dépression soignée, vous resterez toujours sensible et potentiellement plus impacté par les commentaires négatifs, les critiques ou simplement une situation stressante. Une dépression n’est bien souvent jamais réellement soignée. Alors prenez soin de vous et si possible conservez de bonnes relations avec votre psychothérapeute qui pourra vous assurer un suivi dans la durée. Favorisez également une entreprise qui va avoir une politique pour le bien-être au travail.

Comment guérir d’une dépression ?

Lorsque l’on est en dépression, on peut avoir toute la bonne volonté du monde, cela ne suffit pas pour reprendre le dessus sur sa vie et son quotidien. La dépression pour guérir doit être soignée, prise en main par un professionnel de santé afin de ne pas s’aggraver et/ou ne pas devenir chronique.

Tout d’abord, pour soigner une dépression, le patient doit s’imposer un grand repos. Généralement votre médecin traitant vous prescrit un arrêt de travail pour vous couper de votre quotidien et d’une source stress importante, tout en vous permettant de vous reposer. Par ailleurs, des consultations chez le psychiatre sont également programmées, plusieurs fois par mois ou par semaine selon les besoins et la gravité de la dépression. Parfois une hospitalisation en psychiatrie est indispensable à la demande d’un tiers ou du patient pour lui-même qui serait dangereux pour lui même ou aurait besoin d’une aide en continu.

Des antidépresseurs peuvent venir compléter la psychothérapie mais ne sont pas indispensables, ils vont venir réduire les envies suicidaires des patients. Des somnifères peuvent également accompagner le traitement notamment en début de traitement pour aider le malade à reprendre des forces.

Source : https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/guide-8.pdf

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici